les ballons montés de la guerre de 1870

Le 18 septembre 1870 marque la date du début du siège de Paris par les prussiens. Le gouvernement de la Défense National rechercha aussitôt des moyens de correspondances avec la province et plus loin et ouvrit de ce fait ce qu’il conviendrait d’appeler les premiers plis par Poste aérienne.

Dès le 23 septembre, l’aéronaute J. Duruof montant le ballon le Neptune s’élève de la place St Pierre à Montmartre pour survoler les lignes ennemies et se poser à Evreux avec plus de 125kg de courrier. Fort de ce succès, l’opération sera renouvelée régulièrement jusqu’au 26 janvier : 67 ballons montés quitteront Paris avec des fortunes diverses quasiment systématiquement chargés de sacs postaux.

La collection de ces ballons montés est riche à plus d’un titre et en premier lieu car elle est indissociable des faits historiques. D’autre part, de nombreux aérostiers connaîtront des mésaventures, certains capturés par les prussiens ou tombant en zone occupée, d’autres poussés par des vents capricieux bien plus loin que leurs espérances : atterrissages au Pays-Bas, en Allemagne, à Belle-Ile en mer avant de se retrouver face à l’océan, voire même en Norvège après un vol de 1246 km et de plus de 14h…

Chaque ballon, chaque pli, participe à raconter le siège de la ville, les textes des parisiens étant très souvent passionnants et instructifs sur l’organisation militaire et civile mais aussi sur la survie des citadins confrontés au froid et à la faim. Couramment, ces lignes racontent comment se réchauffer en coupant les arbres de la capitale, se nourrir en achetant des rats ou en abattant les animaux du zoo de Vincennes, les bombardements…

Postalement passionnante, cette période de troubles ouvre à une large collection allant des ballons montés (sens Paris province) aux Boules de Moulins (sens province/Paris) en passant par les plis confiés, la poste par pigeons ou encore le courrier passés par valises diplomatiques…

Les ballons montés sont rares à destinations de l’étranger, voire même pour certaines destinations uniques. Voici quelques plis exceptionnels, seconde et dernière partie d’une collection singulière que nous présentons dans notre vente de Monacophil 2017.

1863-1870, 80c rose oblitéré étoile 16, C. PARIS/R. DE PALESTRO du 25 octobre et griffe PD en rouge sur formule imprimée à destination d’Osaka, Japon par la voie de « Marseille » manuscrit. Au verso C. MARSEILLE du 2 novembre et cachet d’arrivée du bureau français C. YOKOHAMA du 25 décembre. Lettre sortie de Paris par « Le Vauban ».
Une des trois pièces connues pour le Japon affranchie au tarif de 80c. Rareté majeure de la Guerre de 70.

Signature et certificat Calves. Yvert 37

 

1863-1870, 10c bistre, 2 exemplaires, oblitérés étoile 1, C. PARIS/PLACE DE LA BOURSE du 1er octobre sur ballon monté à destination de St Petersbourg, Russie. Griffe AFF INSUFF en rouge pour insuffisamment affranchi et taxe 6 au crayon bleu avec la rarissime marque d’échange F 42 et le cachet d’arrivée au verso du 22 octobre (date manuscrite répétée à l’intérieur de la lettre). Pli ayant probablement quitté Paris par « l’Armand Barbès ».
Superbe de qualité et combinaison absolument unique pour cette déjà rarissime destination avec cachet d’arrivée.
Signature et certificat Calves. Yvert 28

 

1863-1870, 20c bleu et 40c orange oblitérés étoile 2, C. PARIS/R. ST LAZARE du 12 octobre et griffe PD dur ballon monté à destination de Pragues, Autriche, Bohème. Au verso, le cachet de passage à Vienne du 19 octobre et le cachet d’arrivée du 20. Courrier probablement sorti de Paris par « Le Jean Bart n°1 », tarif à 60c. Peu commun.
Signé Calves. Yvert 29, 31

 

1863-1870, 30c bun en paire oblitérée étoile 5, C. PARIS/R. DE BONDY du 16 octobre et griffe PD en rouge sur formule imprimée à destination de Pest, Hongrie. Au verso, le cachet de passage C. WIENN du 27 octobre et le cachet d’arrivée C. PEST du 28. Pli ayant très probablement quitté Paris par « Le Victor Hugo ».
« Si je voudrais te reprocher par ma présente lettre de ne pas avoir répondu à celles que je t’ai écrites précédement, où cela me conduirait-il? A rien. Je veux donc suspendre mon jugement, Monsieur mon cousin et cher paresseux, mais je te pardonnerai que si tu me fais la grâce de m’écrire aussitôt que les circonstances le permettront… ».
Les ballons à destination de la Hongrie sont rarissimes, ici avec le cachet d’arrivée et superbe de qualité. Une des grandes raretés de la collection de la Guerre de 1870.
Signature Calves. Yvert 30

 

1870, 20c bleu en bande de 4 (apposée à cheval recto-verso et déchirée à l’ouverture du pli) oblitérée étoile, C. PARIS/(60) du 18 octobre et griffe PD en noir sur ballon monté à destination de Moscou, Russie au tarif de 80c. Au verso, le rare cachet bleu en français CONFEDERATION DE L’ALLEMAGNE DU NORD DEPART DES AFFs ETRANGs et le cachet d’arrivée C. MOSCOU du 3 novembre 1870 (calendrier russe). Lettre ayant probablement quitté Paris par « Le Lafayette ».
La combinaison affranchissement, destination et cachet fait de cette lettre une rareté de la Guerre de 70 dont Le Pileur signale l’intérêt.
Certificat. Yvert 37

 

1863-1870, 20c bleu en paire verticale oblitéré étoile 23, C. PARIS/R.ST ANTOINE du 24 octobre et griffe PD en rouge sur enveloppe par « Ballon monté » manuscrit à destination de Samsoun, Mer Noire (Turquie) par Constantinople. Au verso le cachet de passage à Marseille du 5 novembre et le cachet du bureau français C. CONSTANTINOPLE/TURQUIE du 12 novembre. Tarif à 40c par la voie de terre, l’expéditeur ayant pris le soin de mentionner le poids de sa lettre, 3g.. Pli sorti de Paris par « Le Vauban ».
Pièce superbe et destination rare.
Signatures, certificat Calves. Yvert 29

 

1863-1870, 80c rose oblitéré étoile 16, C. PARIS/R. DE PALESTRO du 25 octobre et griffe PD en rouge sur formule imprimée à destination d’Osaka, Japon par la voie de « Marseille » manuscrit. Au verso C. MARSEILLE du 2 novembre et cachet d’arrivée du bureau français C. YOKOHAMA du 25 décembre. Lettre sortie de Paris par « Le Vauban ».
Une des trois pièces connues pour le Japon affranchie au tarif de 80c. Rareté majeure de la Guerre de 70.
Signature et certificat Calves. Yvert 37